© 2018 Maïder Ferras

    Quel est le rôle du conseiller conjugal ?

    L’objectif du conseil conjugal est :

    • De permettre de rétablir le dialogue entre deux personnes qui ne savent plus s'écouter, se comprendre.

    • D’aider à faire circuler la parole, à faire entendre les non-dits, les frustrations, les doutes, le chagrin
      qui se cachent sous l'agressivité.

    • D’inciter à prendre du recul pour pouvoir prendre, si nécessaire, des décisions avec plus de lucidité.

     

    Mon rôle n'est ni de réparer le couple, ni de le séparer. C’est de faire en sorte que les deux partenaires mesurent pour eux - et s'ils en ont, pour leurs enfants -, les enjeux de ce qui les lie et en même temps leur rend difficile la vie ensemble.

    Peut-on consulter seul-e si l’on est en couple ?

    Il est possible de venir parler seul de son couple. Parce que l’autre ne souhaite pas faire la démarche,
    qu’il en a peur, qu’il ne voit pas le problème ou qu’il pense que celui-ci ne vient pas de lui.

     

    Même de cette manière, on peut faire avancer les choses. En analysant les mécanismes du couple, la manière dont les rôles de chacun n’ont pas su évoluer. Mieux se comprendre soi-même, mieux s’estimer, mieux s’assurer dans ses choix, est un puissant facteur de changement pour soi, mais aussi pour l’autre.
    Si l’un des deux partenaires bouge, c’est tout le couple qui est contraint d’évoluer.

     

    On peut aussi vivre seul et rencontrer un conseiller conjugal.

    Ne pas vivre en couple ne préserve pas des turbulences de la vie relationnelle et affective.

    Difficultés à rencontrer quelqu’un, peur d’être rejeté à cause de son orientation sexuelle, rapports compliqués  avec des parents trop proches ou trop absents, rapport à la contraception et l’IVG, enfants à élever seul(e) après une séparation… sont autant de sujets de consultation.

    Le conseil conjugal est-il une forme de thérapie ?

    Comme tout travail de réflexion et d’introspection sur soi-même, sur l’altérité, sur la relation qui nous unit aux autres, il a des effets thérapeutiques. Il peut être considéré comme appartenant à la famille des thérapies brèves de résolution.

    Mon rôle consiste en une écoute active. Il ne s’agit pas simplement de laisser s’exprimer les difficultés ou la souffrance. Mais pas non plus de conseiller sur un mode pédagogique ou directif de faire tel choix plutôt qu’un autre. L’idée, c’est à travers le dialogue qui s’établit, de faire émerger une interprétation, une décision.

    Une meilleure compréhension de ce qui conduit à une crise peut être un puissant levier d’évolution.
    Pour cela, il faut travailler à deux niveaux :

    • D’abord le passé, l'histoire personnelle de chacun, de ses répercussions dans la vie relationnelle actuelle, et, si les deux membres du couple viennent consulter, de la manière dont leurs histoires se sont imbriquées pour les faire se rencontrer, s'aimer et, au moment où ils viennent me consulter, hésiter à poursuivre leur vie ensemble.
       

    • Ensuite, il faut travailler concrètement dans l'ici et maintenant de leur vie. Il y a dans toute histoire humaine un déterminisme social, familial, qui a fait ce que nous sommes mais il y a aussi en nous une part de liberté qu'il faut s'autoriser à vivre.

    Le conseil conjugal est-il une pratique encadrée ?

    Le titre de conseiller conjugal et familial est délivré dans un cadre réglementaire (décret n°93-454) par des organismes agréés par le Ministère des Affaires Sociales et de la Santé.

    La pratique du métier est soumise à un code de déontologie qui garantit le sérieux et l’éthique du conseiller conjugal et familial. Le conseiller conjugal et familial est tenu au secret professionnel.

    J’ai été certifiée par l’AFCCC, Association Française des Centres de Conseil Conjugal.

    Je suis membre de l’ANCCEF, Association Nationale des Conseillers Conjugaux et Familiaux.